Santé et lois de la nature

Avec le printemps et la venue de l’été, j’écoute le bruit des arbres secoués par le vent… je me rends compte combien la vie est précieuse. La nature nous parle, mais nous ne prenons malheureusement pas toujours le temps de l’écouter.

La loi de la nature, dans l’univers tout entier, en partant du soleil à l’atome le plus petit, tout est soumis à des lois. Un ordre règne partout dans l’univers. Le soleil remplit sa mission régulièrement, les étoiles et les planètes se déplacent d’une manière ordonnée.

L’homme est le seul à briser ces lois, ce qui le conduit vers une vie désordonnée, la maladie ou la disharmonie dans son corps et son mental. Il se pense au-dessus de tout, il pense qu’il peut réinventer le monde. Il a réinventé l’eau avec ses boissons gazeuses, la nourriture avec ses fast-foods, la forme physique avec ses centres sportifs intérieurs, alors qu’à la base, nous avons déjà tout ce qu’il faut pour être en équilibre. Ça dépend de nos choix et de nos actions. Le bien le plus précieux est la « SANTÉ », et c’est avec un corps en santé que l’on peut accomplir l’objectif de la vie humaine.

La santé est la meilleure cause de vertu, de richesse, elle est la bénédiction de la vie. Les lois de préservation de la santé devraient être notre première préoccupation. Ce sont finalement les lois de la nature. Par une nourriture saine et équilibrée, la pratique des âsanas, prânayâma, un mode de vie droit et simple (yama-niyama), une routine de vie ou l’on respecte son rythme naturel, ou l’on s’accorde du repos pour le corps et pour l’esprit, par la méditation.

Il serait bon de se responsabiliser face à notre santé, afin d’être en mesure de profiter pleinement de la vie et par le fait même, pouvoir aider ceux dans le besoin. Se poser la question, comment je mène ma vie? Quels sont mes actions pour garder ou maintenir ma santé? Quels sont mes priorités présentement? Suis-je heureux de mes choix de vie présentement? Est-ce que mes besoins fondamentaux sont comblés? Et non pas les besoins secondaires en premier!

Un homme sain sourit et rit, il est joyeux et heureux. Beaucoup de personnes ont une grande force physique mais n’ont pas nécessairement de force mentale, c’est-à-dire être capable de supporter des critiques, des contre-temps et des refus sans en être victimes. La force morale est supérieure à la force physique, elle se travaille au quotidien.

Nous avons tous une puissance et du « savoir ». C’est à travers notre cheminement et notre pratique du Yoga, avec ses huit membres de la philosophie de Pantajali, que nous pouvons calmer le mental par une discipline et une patiente sadhana.

Chaque épreuve ou situation nous permet de travailler notre cheminement. Ça dépend de nous, on peut choisir d’en profiter et d’apprendre afin de grandir, ou on peut choisir de ne rien faire et d’en être victime.

Finalement, c’est la loi de la nature qui nous rattrape. Les choses sont comme elles sont (comme dans la nature), on peut se laisser guider par cette loi, ne pas être en résistance et suivre le courant de la vie… elle nous emmènera dans une direction souvent surprenante et deviendra de plus en plus profonde. Elle nous permettra une perception plus claire et une vision plus pénétrante, afin d’en extraire la vérité dénuée de toutes fluctuations.

SHANTI!

Régine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *